2 ans après mon accident, 2 ans pour une transmutation

January 9, 2018

 

 Renaissance d'une âme blessée

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà 2 ans, le 9 janvier 2016, il était environ 11h00 du matin, il pleuvinait, je marchais devant la gare de Lausanne pour attraper un train, un train vers Genève Aéroport, où un avion m'emmènerait rejoindre l'élu de mon coeur aux Etats-Unis, mon grand Amour. J'enfile mes bottes, et puis je me dis oh non pas confort pour l'avion, mets tes baskets. Je change de chaussures ... je claque la porte, attrape mes valises et c'est parti. Mais alors que j'allais vers le passage piéton, une petite voix me dit : prends l'escalier...Je n'ai pas écouté, déjà engagée sur le passage piétons, je traverse la route. Après tout, qu'est-ce que ça change ?

 

Et bien ça change tout, 5 secondes plus tard, avec mes baskets, je glisse sur une plaque d'égout mouillée par la pluie. 

Je me sens tomber, je me dis zut, j'aurai la cheville foulée à New York, la chute continue, mes os craquent, je hurle de douleur, je sors de mon corps, et là je comprends, que ma jambe est cassée méchamment cassée. Une douleur que je ne saurais décrire tant elle est violente. (J'ai vu une ombre descendre, prendre ma jambe et la casser en 2, je ne saurai jamais vraiment avec certitude de ce dont il s'agissait). 

 

Mais revenons un peu plus tôt, avec cet homme, on avait décidé se rejoindre à mi-chemin. On avait décidé de se retrouver le 9 janvier au Waldorf Astoria à New York vers 13h00, heure locale. Mais ce matin là, rien ne s'est passé comme prévu. J'avais la boule au ventre depuis quelques jours, et pourtant je vivais un conte de fée, cet homme que j'aimais tant, comme personne auparavant et même après je dois dire, rencontré 2 mois plus tôt à Bâle, puis revu à Bordeaux, m'invitait à le rejoindre à New York, ma ville adorée, pour quelques jours rien que nous 2. Avec lui, j'avais ressenti l'Univers tout entier, un sentiment indescriptible. Je ne ressentirai plus jamais cela depuis.

 

Et pourtant depuis 4 jours ça n'allait pas, mes copines me disaient, c'est magique, regarde, tu vis un rêvé éveillé, le grand amour, cet homme célèbre, mais rien n'y faisait, cette petite boule étrange dans mon ventre restait là, inconfortable. J'essayais pourtant de me réjouir. 


Ce matin-là, le 9 janvier 2016, je termine mes bagages, et quelques minutes avant de rejoindre la gare, je reçois un texto, mon amoureux n'arrivera que le lendemain à New York (il venait depuis Los Angeles, là où il vit). Ainsi sans raison, ni bon voyage, il part se coucher (oui le jet lag -9h) pour la Californie. 

 

Et là je comprends ce qui ne va pas : alors quoi ? J'allais vraiment traverser l'Atlantique, faire 28 heures de voyages (vols avec escale) en 4 jours pour passer 48h avec l'être aimé, j'allais vraiment faire tout ça pour lui ? On avait déjà que 3 jours et là plus que 2 ? Je n'étais pas en accord avec moi-même. En plus aucune excuse pour ce jour de retard ? Je ne me sentais pas respectée et pourtant j'ai décidé de faire ce voyage, de partir le rejoindre à New York, malgré mon intuition, malgré mon âme, et mon coeur, je me suis manquée d'écoute et de respect. Mon esprit et mon âme n'étaient pas alignés, quelques minutes plus tard je tombais. 

 

Les ambulanciers sont là, je suis consciente, ils me demandent si ça va, je réponds que oui : que c'est ok et que je suis en accord avec la vie. 

 

Ils ont vraiment du penser que j'avais craqué, mais oui j'étais en accord avec ce qui venait de se passer, je savais bien qu'il y avait quelque chose de juste et de profondément aligné dans ce qui est arrivé. Ma vie venait de changer pour de bon, je ne savais pas ce qui arriverait, mais je savais que jamais rien ne serait plus pareil. 

 

J'arrive au CHUV de Lausanne, je réalise que mon pied, ma cheville et mon tibia ont fait un 180 degrés, à gauche, tout est à l'envers, en miettes, comme moi, verdict : double fracture tibia péroné avec torsion, le personnel pense que j'ai fait une grosse chute a ski avec triple salto arrière tellement c'est impressionnant. C'est un week-end chargé comme ils en ont rarement vu, j'attendrai 4 jours avant une opération qui durera plus de 3 heures au lieu d'une heure. On me pose une tige en titane dans la jambe, y en a pour 2 mois, 10 semaines grand max et je devrais remarcher. 

 

Mais rien ne se passera comme prévu. 

 

En résumé, aucune amélioration, ni aucun signe de consolidation durant des semaines, des mois, que je passerai alitée, confiante en la vie, m'accrochant à cette relation avec cet homme, cet amour, à nos facetimes quotidiens qui durent à chaque fois plus de 2 heures, et puis rien n'avance dans ma vie, je suis clouée dans ce lit, les radios s'enchaînent, les semaines passent, aucune amélioration, je ne marche pas, je me traine avec mes béquilles. Je perds mon corps, je maigris, me transforme, et pourtant je n'ai jamais autant aimé mon corps, cet outil merveilleux qui me transporte, mon véhicule terrestre, j'en prends conscience. Moi qui ai longtemps souffert de troubles alimentaires, de ne pas aimer mon corps. Jennifer est devenue Jellyfer et qu'est-ce que je l'aime ce corps. Quelle belle reconnexion.

 

 

 

 

Ma relation se dégrade, on ne se voit pas assez, le manque de respect ressenti se renforce chaque jour, il s'égare dans son succès, se perd dans son égo, on se voit entre 2 hôtels, entre 2 concerts, je n'aime pas ça. J'ai mal. Je m'accroche, je me perds dans ses ombres, dans mes ombres, je souffre et découvre au-delà de l'éveil, la nuit noire de l'âme, oui cette fameuse nuit noire de l'âme qui transcende, me transperce l'âme, le coeur et les tripes. Les nuits de torture émotionnelle, de souffrance et de tourment, à me tordre de douleur. A vouloir avancer dans ma vie, à vouloir marcher, que ça fonctionne, mais ça ne marche pas, je n'avance pas. Je reste engluée dans la douleur et la relation perdure tant bien que mal. Plus de mal d'ailleurs. Je m'oublie et me sacrifie, je survis. Je décide de prendre soin de moi, de survivre, de vivre dans cette nuit noire, de garder mes objectifs fixés, je suis une formation de guide en pèlerinage de l'âme, je suis des cours d'acting à Paris et là-bas je retrouve ma créativité, je rencontre des artistes, des humains formidables, sensibles. Je crée mon blog. J'avance, je fais des projets, je pense à moi. Je me retrouve.

Je fais une introspection, je décide de revenir vers mon intérieur, de guérir cet enfant intérieur qui s'est tu pendant trop longtemps, qui obstrué de ses blessures, s'éteignait en silence depuis très longtemps. Qui pendant 15 ans a fait un métier qui m'ennuyait, malgré 2 burn-out, je continuais cycliquement a refaire le même emploi.

 

Il est temps d'avancer sans cet homme, sans cette histoire, pour être et devenir ma priorité. Mes intuitions se confirment, les mensonges passent du doute à la vérité, j'avais donc raison depuis le début. Je ne me suis pas écoutée, je me suis sacrifiée. Tout couper ? C'est difficile, parfois j'y arrive, mais parfois pas. Le lien est si fort. Je ne remarche toujours pas, mais c'est déjà mieux, j'ai moins mal, je suis plus agile. 

 

Nous sommes déjà en novembre 2016, 11 mois après l'accident. Décembre, je suis à Paris souvent, je suis mes cours d'acting, un soir, je suis invitée à une soirée, à la fin il reste très peu de monde, les autres sortent fumer, je me fais agresser, plaquée contre un mur, j'ai mes cannes, je ne peux pas me défendre, je crie, il me tire les cheveux, il a 50 ans, je n'ai envoyé aucun signal, je le connais de vue, je ne comprends pas,  il m'embrasse de force, je hurle, il arrête, il est ivre, il m'embrasse de force à nouveau, me plaque au mur, ses mains vont trop loin, trop bas, c'est pas juste, je me défends comme je peux pour pas perdre l'équilibre, je hurle à nouveau, je l'ordonne d'arrêter, qu'il est fou. Quelqu'un arrive, je m'enfuis, je cours ( avec mes béquilles) dans un taxi, je reste sans voix, au bout de 10 minutes je m'effondre. Je n'ai pas porté plainte, j'aurais du.  Je me suis même sentie coupable. Je suis restée enfermée plusieurs jours, sans en parler. Je suis sortie de mon silence et là j'ai vu qui était mes vraies amies, certains ont été mal à l'aise. J'ai été déçue, humiliée. Encore une épreuve, encore un manque de respect à la femme que je suis, à toutes les femmes. 

 

Arrive Noël, 2ème opération. Le temps passe, et puis janvier, je marche toujours pas, puis arrive février et là je lis "femmes qui courent avec les loups" le passage sur Barbe Bleue. Un livre sublimissime que chaque femme devrait recevoir à son adolescence. Tel un rite de passage.

 

Je sens mon féminin sacré se réveiller, la femme en moi comme jamais, je comprends tout en 1 nuit, je comprends pourquoi je me suis cassée la jambe, pourquoi la jambe gauche liée au masculin. Je comprends cette nuit noire de l'âme, le sens de cette histoire d'amour basée sur un lien si fort, un amour inconditionnel, là pour me faire grandir, où je vais devoir me choisir moi, décider de me respecter. Cette jambe qui casse sous le poids des abus, des hommes qui m'ont fait mal, de ma voix pas entendue, de la trahison, l'humiliation, des hommes qui au cours de ma vie ont profité de quelque façon que ce soit de ma gentillesse, ou de mon corps, de mon intelligence ou de ma naïveté, du schéma patriarcal, de mes croyances et de mes conditionnements liées à l'inconscient collectif, à la gentille fille, à la soumise. Quand allais-je enfin me révolter ? Me réveiller et me battre en mon nom ? Quand allais-je enfin me choisir ?

Ce jour-là, j'appelle mon grand amour et je lui balance toutes ses 4 vérités en pleine figure, malgré notre rupture 3 mois plus tôt, je lui dis tout tout tout, il ramasse biensûr pour tout ceux qui m'ont blessée, mais ce jour-là, JE ME SUIS POSITIONNEE, RESPECTEE, AIMEE A MA JUSTE VALEUR, et vous vous doutez de la suite, le lendemain : je remarchais, parce que tout est psycho-émotionnel et guidé par l'âme, parce que ce jour-là, je suis redevenue ma priorité, parce que ce jour-là j'ai guéri la petite fille en moi, je l'ai laissé parler, parce que ce jour-là, j'ai libéré la femme de ses schémas et je suis devenue MOI.

 

A partir de là, la plus grande histoire d'amour de ma vie a pu commencer, celle avec moi-même. 

Mon médecin m'a avoué penser que je ne remarcherais jamais, c'était miraculeux, en mars 2017, ma jambe était 100% consolidée. La tige en titane est toujours là, je l'enlèverai un jour, pour l'instant je ne suis pas prête pour une nouvelle opération.

 

Alors aujourd'hui, 9 janvier 04h12 du matin, je vous écris ces lignes, car 2 ans après cet accident, et cette nuit noire de l'âme, je suis enfin moi, Jen, messagère de paix, femme de 31 ans, libre, entrepreneur, fondatrice de femmes inspirantes, blogueuse, consultante en développement personnel, heureuse et épanouie avec moi-même. Néanmoins je remercie chaque personne qui m'aura fait souffrir, car sans ce parcours, je ne serais pas là et je n'aurais pas pu vivre ces épreuves et y trouver le goût divin de l'amour de la vie, de l'univers et de la foi. Car plus que jamais croire en la vie, c'est croire en soi, les 2 ne font qu'1, nous sommes tous unis. J'ai appris à suivre mon intuition, à me faire confiance et à me mettre au service de la vie (mais ça c'est une autre histoire). 

 

 

Aujourd'hui, tout n'est pas encore facile, mais je suis sur mon chemin, et j'en savoure chaque instant. On ne termine pas jamais d'apprendre à se connaître, à expérimenter, se libérer de soi, des ses peurs, se réinventer. Merci à toi mon grand amour, ma flamme jumelle, car c'est bien de ça dont il s'agit une belle histoire hors du commun. Les amours de flammes jumelles, n'ont rien de romantique, si ce n'est de nous faire évoluer. Il évolue, moi aussi, je me réalise, j'apprends à m'aimer, inconditionnellement, chaque jour un peu plus, même si ce n'est pas facile. On est conscient mutuellement de ce lien. On est en paix lui et moi. On s'est pardonné. Je me suis pardonnée. Je continue de me réaliser.

 

Mais ce lien est indescriptible et éternel. On m'a dit récemment, tout droit venu de mes guides, que la souffrance subie était à la hauteur de la transmutation, que le mal et l'amour ressentis étaient si intenses tant la transformation nécessaire était profonde. Et je le crois bien, alors je me remercie, je remercie la vie, ceux qui m'ont fait mal et m'on aidée a me dépasser pour trouver ce feu, cette force et cette femme sacrée en moi qui est aujourd'hui et plus que jamais prête à répandre sa lumière et sa voix dans ce monde, pour que chacun, chaque femme, se révèle et se libère de ses schémas. Je commence à être, à vivre, à être moi.

De ce que je ressens et ai pu expérimenter, on a tous un rôle à jouer dans ce monde, un grand théâtre, ou chacun intervient dans la vie des uns, des autres pour nous faire évoluer, pour nous réaliser et s'accomplir un peu plus vers sa mission de vie, sa mission d'amour pour soi et les autres. C'est par les failles que passe la lumière.

 

Je vous remercie pour votre lecture, c'est une totale mise à nue, mais l'inspiration est venue, quelques fautes d'orthographe surement aussi, pas le sommeil en tous cas, alors je partage, en ce 9 janvier, avec émotion, ce bout de moi.

 

Aimez-vous, n'attendez pas que la vie vous l'apprenne.

Aimons-nous simplement.

 

 

Ma vérité n'est pas absolue, c'est juste la mienne. 

Comme dit Oprah Winfrey :

it's time to speak our truth. 

 

Merci aux belles âmes qui sont là dans ma vie, qui ont été là et m'aident chaque jour à voir toujours un peu plus de lumière en moi. Merci à toi mon frère, mon âme soeur, tu es mon sage. Vous avez aussi un rôle, très important, des anges, des guides vous êtes et merci à Joey, t'es magique. Joey c'est mon chien :-) 

Nous sommes tous des êtres de lumière uniques et magiques et il est temps d'apprendre à nous aimer et de le répandre dans chaque cellule qui nous lie tous ensemble à chaque instant.

 

Il est 5h du mat,

 

With Love, 

 

Jen

 

 

  

 

 

P.s. j'ai senti ma jambe durant toute l'écriture de cet article. :-) 

Please reload

Me contacter

  • Facebook - White Circle
  • YouTube - White Circle
  • Instagram - White Circle